Christian Sanna : Chère Embona

fondation h - Antananarivo
DU 15 février 2021 au 26 mars 2021

Vue de l’exposition ‘Chère Embona’ de Christian Sanna, à la Fondation H – Antananarivo © Fondation H

La Fondation H – Antananarivo présente l’exposition Chère Embona, du photographe Malgache-Italien Christian Sanna. Né en 1989, Sanna est originaire de Nosy Be, île au Nord de Madagascar.

Il s’installe en France en 2009 et sort diplômé de l’école de photographie ETPA à Toulouse en 2016. Il vit et travaille aujourd’hui à Paris.

Entre 2013 et 2018, date de son dernier séjour sur l’île, Sanna s’est rendu à Nosy Be à plusieurs reprises, photographiant son environnement et les changements perceptibles et plus imperceptibles de l’île au fur et à mesure de ses voyages, à la photographie argentique moyen format, en noir et blanc. Ces nombreuses images prennent corps dans la série Lettres à Embona, présentée pour la première fois à la Fondation H – Paris (France), de décembre 2020 à janvier 2021.

Embona faisant référence à la nostalgie, à la réminiscence, en malgache. La Fondation H a invité Sanna à développer le deuxième volet de cette série dans son espace Fondation H – Antananarivo à partir de février 2021, avec l’exposition Chère Embona. Chère Embona présente neuf photographies issues de la série Lettres à Embona, imprimées sur tissus, accompagnées d’une installation composée de l’ensemble des photographies produites durant ces cinq années, reliées par un fil comme d’immenses colliers. Un livret, qui comprend un texte du commissaire Rina Ralay-Ranaivo, complète cette exposition.

En mars 2021, dans le cadre de cette exposition, Christian Sanna et la Fondation H – Antananarivo ont lancé le projet Lettres perdues.
Cliquer ici pour en savoir plus.

 

Vue de l’exposition ‘Chère Embona’ de Christian Sanna, à la Fondation H – Antananarivo © Fondation H

Vue de l’exposition ‘Chère Embona’ de Christian Sanna, à la Fondation H – Antananarivo © Fondation H

Vue de l’exposition ‘Chère Embona’ de Christian Sanna, à la Fondation H – Antananarivo © Fondation H

 


 

Préface 
de Rina Ralay-Ranaivo, janvier 2021

Christian Sanna est attaché à son passé et à l’endroit d’où il vient, Nosy Be, dans son travail photographique. Il les pétrit comme des matières premières, car il est de ceux qui ne dressent pas de frontière entre l’existence et l’art.

Il commence à pratiquer la photographie il y a une dizaine d’années, à l’occasion d’un retour à Nosy Be, alors qu’il poursuivait ses études en France. L’île de ses jeunes années s’est métamorphosée pendant son absence, et la brutalité de ce constat va le pousser à se saisir de son appareil photo et à tenter de traduire en images ces changements ainsi que leurs impacts sur la vie de la population locale. Le développement exponentiel du tourisme, ce secteur économique qui fait vivre toute l’île, est l’une des causes à l’origine de cette métamorphose. Des lieux auparavant ouverts et collectifs sont devenus des espaces fermés et privés, notamment pour divertir les touristes étrangers qui arrivent par dizaine de milliers à bord de vols charters en provenance notamment de l’Europe.

Ce nouveau territoire a également redessiné les repères de ses propres souvenirs. Tous ces changements ont fait prendre à Christian Sanna la mesure de tout ce qu’il pensait avoir laissé derrière lui en allant vivre sa vie ailleurs. Issu d’un métissage italo-malgache, la complexité de son identité a progressivement créé en lui un sentiment de non-appartenance à la culture malgache. Aux yeux des autres, il a toujours été le vazaha, l’homme blanc, l’étranger. Autrement dit, celui qui a de l’argent, celui qui profite de tout facilement à coups de devises.

La photographie s’est offerte à Christian Sanna comme un médium qui lui permet de renouer les liens brisés. Progressivement, elle est devenue cet espace où il peut concilier son présent avec son passé, où il peut repenser et renégocier son rapport à Nosy Be.

En 2016, il réalisait une première série consacrée à des amis lutteurs, originaires de l’île. Moraingy avait mis en lumière la résilience d’une jeunesse qui, à travers la pratique de ce sport traditionnel, trouve une forme d’échappatoire pour surmonter leur environnement social difficile. D’entrée de jeu, Christian Sanna avait produit des images en résonance avec ses émotions, et en filigrane ou par extension, il laissait entrevoir l’envers des décors d’une île fragilisée.

Son écriture photographique peut aisément être qualifiée d’autobiographique, parce que son vécu articule sa pensée artistique. Toutefois, la narration sentimentale qu’il développe, ne révèle aucune histoire personnelle. Pour cela, il partage la même approche que les trois photographes qu’il cite comme étant ses premières références : Alberto García-Alix, Marc Trivier et Max Pam. Ces artistes ont fait le choix de travailler sur des sujets photographiques intimement liés à leurs principes de vie plutôt qu’à leurs propres vies. Leur art nous entraine dans leurs pensées et nous dévoile le regard qu’ils portent sur l’autre.

Christian Sanna affectionne particulièrement l’idée que la photographie soit un reflet intime sans qu’elle tombe dans le nombrilisme, que l’image devienne “un objet-miroir”. Sanna privilégie une photographie argentique au format carré, empruntée aux trois photographes qu’il tient pour modèles. Il pratique son art avec des principes et des valeurs, comme un code d’honneur à respecter. La rigueur, exigée par le choix de ces outils de travail notamment dans la chambre noire, le motive dans cette quête d’une photographie frontale, sans artifice, dénuée de superficialité, dotée d’une identité analogique forte. Il affirme, par ailleurs, que ce processus renforce le rapport intime qu’il veut entretenir avec le réel à travers l’image, une manière pour lui de mieux ressentir le monde, de « se sentir photographiant » comme on dit « se sentir vivant » dans l’acte même de photographier.

Cette série Lettres à Embona illustre bien cette démarche du photographe à vouloir se saisir d’un sujet intime. Il a imaginé ce prénom dérivé du mot malgache “manembona”, voulant dire réminiscence, pour trouver un destinataire à sa nostalgie pour Nosy Be. Ces photos répondent aux appels de sa mémoire et abordent en même temps les liens complexes qu’il entretient avec l’île. Réalisées entre 2013 et 2018, elles sont les traductions des signaux émotionnels qui se sont présentés à lui au gré de ses différents séjours à Nosy Be, de jour comme de nuit. Elles sont portées par l’instinct, ce qui leur donne cette légèreté poétique propre à l’instant : son ombre dans les écumes, les jambes d’une jeune fille assise dans un bar, un bateau tanguant au large des côtes, ou encore le portrait d’une femme dans ses habits du dimanche rencontrée sur une plage.

Cette exposition, Chère Embona, présente des photos qui matérialisent la somme de sentiments et de souvenirs. Le photographe a ainsi imaginé un dispositif scénographique qui invite le public à entrer dans un espace intime. Il a fait le choix des impressions textiles grand format pour leur aspect léger, fragile et flottant. Il présente également quelques objets photographiques inspirés des colliers de fleurs de l’île de Nosy Be. Les touristes les reçoivent en signe d’accueil, lui en signe d’exclusion…

Ici à Antananarivo, et depuis la dernière présentation de cette série à Paris, ce travail résonne autrement puisque Nosy Be se rapproche. Les images ne se déploient plus comme des lettres envoyées à un être cher pour se délester de la mélancolie, mais comme les multiples visages de “Embona”, qui vient habiter l’espace. Son portrait se dessine au rythme des émotions et des souvenirs comme un personnage encore lointain et incertain pour qui le cœur de Sanna n’en finit pas de battre.

Fondation H · 2 – Danseuse, Beach Bar, Nosy Be, Madagascar 2017

Christian Sanna, Une danse au beach bar, Nosy Be, Madagascar, 2017

Fondation H · 1 – Fougères, Nosy Be, Madagascar, 2015

Christian Sanna, Fougère, Nosy Be, Madagascar, 2017