Malala Andrialavidrazana : Les échos du Monde

fondation h - Paris
DU 03 septembre 2020 au 30 octobre 2020

Pour son inauguration, la Fondation H – Paris a invité l’artiste Malala Andrialavidrazana, avec l’exposition Les Echos du Monde. L’artiste est née et a grandi à Madagascar avant de s’installer à Paris à l’âge de douze ans. Elle alimente sa pratique artistique en se déplaçant d’un territoire à l’autre. Par le biais du médium photographique, elle questionne les barrières et les interactions des cultures au sein d’un monde globalisé.

Les séries d’Outre-Monde (2003), Insomnia (2009-2010), Echoes, from Indian Ocean (2011-2013) et Figures (2015-en cours) sont présentées dans cette exposition.

 

Vue de l’exposition ‘Les échos du Monde’ de Malala Andrialavidrazana à la Fondation H – Paris © Theo Pitout

Vue de l’exposition ‘Les échos du Monde’ de Malala Andrialavidrazana à la Fondation H – Paris © Theo Pitout

Un bail de 15 ans ou de 30 ans ? Parmi les documents administratifs à remplir pour organiser les funérailles de mon père en 2015, j’ai eu la surprise de devoir répondre à cette question. La mort est donc à durée limitée. En France, dans les cimetières, autour de la Toussaint, des écriteaux sur les tombes rappellent aux familles de renouveler leur bail.


Quand celui-ci arrive à échéance sans signe de la famille, les restes mortels sont transférés à la fosse commune et la sépulture est détruite. Mon père est donc le nouveau et provisoire locataire de cette concession funéraire. Il a déménagé de la communauté des vivants pour une nouvelle adresse dans le cimetière de Bourg-en-Bresse, allée n°32. Il a des nouveaux voisins : René et Renée. Son numéro de sécurité sociale a été remplacé par le numéro de sa tombe. Avant lui, il y avait un autre locataire, un autre défunt à cet emplacement, autour duquel se réunissait une autre famille endeuillée. Aujourd’hui, c’est au tour de ma mère et de moi-même de prendre soin de cette tombe, de la nettoyer, de la décorer des choses qui étaient chères à mon père : des effigies de la Vierge Marie, des Neuvaines de la basilique de Fourvière, un grand crucifix… (Oui, mon père était très croyant). Mais aussi des fleurs en plastique, qui ne fassent pas trop kitsch. Ainsi, chaque tombe est personnalisée, personnifiée à l’aide de photos, de plaques, d’objets, pour qu’elle incarne au mieux la personnalité du défunt, ce qui donne au cimetière l’impression d’un grand album de famille à ciel ouvert. Il y a des stèles monumentales, des tombes beaucoup plus modestes ; certaines sont recouvertes de fleurs, de souvenirs, de témoignages, tandis que d’autres sont laissées à l’abandon et la nature y reprend ses droits. Il y a des parents, des grands-parents, des oncles, des tantes, des enfants, des couples. Il y a des nouveaux locataires et des anciens résidents. J’avais le sentiment de confier mon père à une nouvelle famille : la communauté des morts. En anthropologie, c’est ce qu’on appelle le temps de l’intégration, où les morts et les vivants trouvent leur place dans les nouvelles relations familiales. Chacun en leur lieu propre. Et c’est ce que donne à voir la série photographique d’Outre-Monde de Malala Andrialavidrazana. Ses images troublantes, prises au cours d’un voyage autour du monde en 2003, mettent en lumière les stratégies culturelles développées à Buenos Aires, à Hong-Kong, en Nouvelle-Zélande ou encore à Singapour, pour apprivoiser la mort et vivre de manière apaisée cette nouvelle relation. En s’intéressant à la façon dont les morts occupent les vivants aux quatre coins du monde, en révélant la diversité des architectures et des rites funéraires, des offrandes, des traditions et des tendances au sein des cimetières, l’artiste compose une puissante anthropologie visuelle. Elle donne à voir la société invisible des morts, affranchie de toute géographie. Les photographies ne sont pas légendées. Elles s’offrent au spectateur de manière décontextualisées, soulignant le caractère universel de la ritualité funéraire, qui au-delà des frontières, des croyances et des pratiques, nous rapproche et nous unit. De la même façon, dans la série Echoes (2011-2013), l’artiste prélève des fragments visuels d’intimités pour créer des liens entre différents territoires de l’Océan Indien. La sensualité des ombres, des lumières et des textures de ses photographies d’intérieurs, de mobiliers et d’objets du quotidien, où les repères de temps et de lieux sont brouillés, nous plongent dans une contemplation méditative, dans une langueur qui transcende les clichés. Dans Insomnia (2009-2010), l’artiste capture les paysages nocturnes d’une ville fantôme traversées de promesses lumineuses où se mêlent désir et solitude. C’est une invitation à une déambulation somnambule, amorce de récits possibles. Fascinée par les mutations culturelles ainsi que les enjeux de l’organisation spatiale des villes globalisées, l’artiste observe avec finesse et sensibilité les détails, les singularités et les contradictions dans la communauté des morts comme des vivants pour mieux embrasser la complexité du monde contemporain.

C’est un réel plaisir que de revoir, enfin, ces photographies, qui résonnent puissamment avec le contexte actuel. Echoes nous renvoie à l’expérience du confinement, Insomnia au temps suspendu aux lèvres pleines de promesses du Jour d’après. Tandis que la série d’Outre-Monde nous rappelle le besoin fondamental anthropologique et social que sont les rites funéraires, à l’heure où, pour cause de crise sanitaire, les rituels funéraires sont bouleversés voire interdits et où les cimetières sont dépassés par l’afflux des victimes du Covid-19. Pour le sociologue et philosophe Edgar Morin, les rites funéraires peuvent être considérés comme le signe significatif de l’émergence de l’humanité. Prendre soin de nos morts nous civilise. Or la pandémie dicte ses lois et empêche les familles de vivre les étapes symboliques de la ritualité funéraire, au risque de graves conséquences psychiques individuelles et sociales. Les images des enterrements en série sur l’île de Hart Island à New-York, des défilés de corbillards dans les cimetières de Bergame, des constructions de parcelles funéraires verticales à Sao Paolo pour palier au manque de place, témoignent de l’ampleur de la catastrophe et du choc provoqué par la pandémie. Contempler aujourd’hui les images de la série d’Outre-Monde nous rappelle l’urgence de retrouver une relation apaisée avec la société des morts, pour mieux panser les blessures des vivants.

Alors que l’essentiel des frontières autour du monde sont fermées, que la question des conditions de leur réouverture prochaine se pose, et que l’échiquier des grandes puissances vacille, la série Figures commencée en 2015 par Malala Andrialavidrazana résonne aujourd’hui de manière éclatante. Ces broderies digitales associent d’anciennes cartes géographiques à des figures extraites de billets de banque, de timbres, de pochettes de disques, de couvertures de livres de différents pays et de différentes époques. Ces figures constituent l’héritage visuel et iconographique développé par les Grandes Puissances pour véhiculer des valeurs politiques et esthétiques. Avec malice et minutie, l’artiste se plaît à déconstruire et recomposer les cartes du monde afin de bousculer les imaginaires collectifs, de renverser les modes de représentations, et de secouer les préjugés. Les Figures cassent les illusions de l’Histoire, pour mettre en relation des territoires a priori éloignés et ainsi proposer des récits alternatifs aux conquêtes coloniales et récits nationaux de modernité. Les fictions esthétiques de Malala Andrialavidrazana nous interrogent aujourd’hui sur le renversement des paradigmes, alors que des pays que l’on imaginait plus vulnérables comme Madagascar, le Portugal, la Grèce, le Maroc ou le Sénégal s’en sortent beaucoup mieux dans la gestion de la pandémie que des pays prétendument plus développés comme la Grande Bretagne, la France ou les Etats-Unis. L’Occident est tombé de son piédestal. Déni, pénurie, repli nationaliste, les illusions de suprématie et de performance s’effritent.

Les collages complexes de la série Figures, nous invite également à réfléchir sur les conséquences de l’anthropocène, cause principale de la propagation de coronavirus. Dans Figures 1937, Lignes télégraphiques et sous-marines, Malala Andrialavidrazana pointe la destruction de la biodiversité et la réduction de l’habitat naturel des espèces animales. Elle s’intéresse notamment aux constructions de l’ingénierie (barrages hydroélectriques, ponts…) brandit par les nations comme symboles de progrès technologiques. L’artiste souligne les profonds et dangereux bouleversements qu’elles provoquent : populations déplacées, territoires inondés, faunes et flores dévastées… La destruction des écosystèmes au nom du progrès et du profit favorise l’émergence d’épidémies (Paludisme, Ebola, Covid-19…), qui mettent aujourd’hui en péril l’humanité. Toutes ces démonstrations de forces et de conquêtes finissent par rendre la terre inhospitalière. Dans Figures 1867, Principal Countries of the World, le visage de Nelson Mandela rayonne comme une des figures universelles de la liberté, un symbole de la résistance contre la ségrégation raciale. Là aussi, cette œuvre résonne particulièrement avec les manifestations contre les discriminations raciales et les violences policières, qui secouent de nombreux pays, suite au décès de Georges Floyd, assassiné par un policier le 25 mai 2020 à Minneapolis. Sur les murs de New-York, Milan, Sydney, Berlin, Idlib (Syrie), c’est au tour du visage de Georges Floyd de rayonner dans un hommage international, devenant une nouvelle figure des luttes pour l’égalité des droits, 50 ans après l’abolition de la ségrégation raciale aux Etats-Unis. L’élection en 1994 de Nelson Mandela à la présidence de l’Afrique du Sud était censée clore un long cycle de luttes contre la colonisation et la ségrégation, et de batailles pour les droits civiques avec des figures telles que Gandhi et Martin Luther King. 26 ans après l’abolition de l’Apartheid, les inégalités sont toujours criantes et les traces de la ségrégation sont encore vives comme en témoignent les répressions violentes dans les townships de Johannesburg pour faire respecter le confinement. Des humiliations et des intimidations qui s’enracinent dans le cauchemar de l’Apartheid, dont l’institutionnalisation en 1948 est influencée par l’idéologie nazie. Ce qui n’empêche pourtant pas les Etats-Unis de soutenir l’Etat raciste d’Afrique du Sud pendant la Guerre Froide au nom de la lutte contre le communisme. Les deux pays partagent des systèmes violents de domination raciale. Malheureusement les figures ne suffisent pas à démanteler, à déconstruire des siècles d’iconographies, de représentations, de modes de pensées, d’humiliations, de violences et de crimes racistes. Comme l’affirme en 1950 l’écrivain Aimé Césaire dans Discours sur le colonialisme : « …Ces têtes d’hommes, ces récoltes d’oreilles, ces maison brulées, ces invasions gothiques, ce sang qui fume, ces villes qui s’évaporent au tranchant du glaive, on ne s’en débarrassera pas à si bon compte. » Récemment, l’ancien président des Etats-Unis, Barack Obama, soulignait qu’« il est naturel de souhaiter que la vie revienne à la ‘normale’ alors qu’une pandémie et une crise économique bouleversent tout ce qui nous entoure. Mais nous devons nous rappeler que pour des millions d’Américains être traité différemment en raison de la race est tragiquement douloureusement ‘normal’. » Le déni de l’Occident, sûr de ses privilèges et de ses performances, face à la dangerosité du coronavirus, l’a conduit à révéler ses vulnérabilités, ses failles au péril de milliers de vies. C’est malheureusement ce même déni, ce même refus de prendre en compte la réalité du racisme et des violences policières par de nombreux gouvernements du monde, qui pousse aujourd’hui des milliers d’hommes et de femmes à reprendre la lutte pour l’égalité des droits, pour une prise de conscience collective et universelle du racisme endémique qui nous pollue, qui nous asphyxie. Les œuvres de Malala Andrialavidrazana, présentées dans l’exposition, ont été sélectionnées fin janvier 2020 pour une exposition prévue initialement début avril. Il est donc particulièrement troublant d’observer les affinités et les échos avec les récents évènements. Cette pertinence témoigne de l’incroyable acuité du regard et d’analyse d’une artiste qui nous pousse à regarder autrement le monde.

Sonia Recasens, Historienne de l’art et commissaire indépendante, Juin 2020

Malala Andrialavidrazana, Figures 1937 Lignes télégraphiques et sous marines, 2018