Très belles fêtes de la part de l’équipe de la Fondation H

La Fondation H vous souhaite une très belle année 2022 !

Chers amis de la Fondation H,

Alors que chacun, je l’espère, profite de ces derniers jours de l’année 2021 en famille ou entre amis, je tenais à partager avec vous ce qui a fait de 2021 une année incroyablement dense et réjouissante à la Fondation H.

Les collaborations menées avec les artistes d’abord, nous ont collectivement nourris. Et cela à travers les huit expositions organisées dans nos deux espaces, à Antananarivo et à Paris, chacune construite telle une carte blanche proposée à chaque artiste, qui a pu y développer une nouvelle série, un nouvel axe de réflexion ou de recherche, de nouvelles œuvres, et en partager le fruit à travers une exposition personnelle en nos murs. Chaque artiste fut accompagné dans son processus de création par notre équipe, mais aussi une personnalité du domaine de l’écrit, qu’elle ou il soit critique d’art, commissaire, ou même conteur comme ce fut le cas avec le jeune ANDO Harinjaka qui a réécrit le célèbre conte de Rapeto, géant qui voulait attraper la lune, autour du projet des artistes VeloAry et Maromaitso [à relire en malgache ou en français]. Le photographe Christian Sanna a ouvert le bal 2021, avec une première exposition, Lettres à Embona, développée dans notre espace parisien, puis déployée quelques semaines plus tard sous une autre forme, dans sa continuité, à Antananarivo, sous le titre Chère Embona. Lui ont succédé dans la capitale malgache les peintres Tahina Rakotoarivono puis Joey Aresoa, avec Velo-Misy [Nos histoires existent], et enfin le duo VeloAry et Maromaitso dont le cycle de performances dans l’espace public tananarivien a captivé plusieurs centaines de personnes en septembre et octobre. A Paris, la photographe et plasticienne Maya-Inès Touam a développé dans notre espace, utilisé comme studio de création pendant deux mois, son projet Fil d’Exil, avant que M’barka Amor déploie l’installation Démêle, Discipline et Nourrit Intensément et présente sa performance Passe-moi les clés le jour du vernissage. Shiraz Bayjoo a clôturé le cycle parisien avec Lo Sa La Ter Ruz, qui en créole mauricien signifie Sur Cette Terre Rouge, exploration de certaines archives iconographique coloniales liées à son Ile Maurice natale et à Madagascar.

L’année 2021 s’est clôturée par un cycle de trois expositions, réparties entre nos deux espaces, des lauréats de la cinquième édition du Prix Paritana. Ce prix, remis chaque année à trois artistes de la scène malgache, a une place très particulière dans mon cœur et dans notre histoire, car il a initié en 2016 le projet de la Fondation H, lancée officiellement l’année suivante et reconnue d’utilité publique à Madagascar depuis 2018. Richianny Ratovo, lauréate du Prix Paritana 2021, termine ces jours-ci sa résidence de trois mois à la Cité internationale des arts à Paris, à quelques mètres de notre espace parisien, qu’elle a investi tout le mois de décembre avec sa très émouvante exposition Tomboka hasambarana [Ici commence le bonheur]. Tandis qu’à Antananarivo, les artistes Ms. V et INDIE, colauréats du Prix Paritana, présentaient leurs projets respectivement en novembre et décembre. Il fut très émouvant pour la Fondation H d’accompagner ces trois jeunes artistes dans leurs toutes premières expositions personnelles, dont les retours ont été pour nous – et pour eux nous l’espérons – très porteurs et positifs.

En 2021, nous avons par ailleurs lancé un nouveau programme, Hay, mot malgache exprimant les notions d’apprentissage, de découverte et de transmission. A travers Hay, nous avons accueilli depuis juin des groupes d’enfants à chacune de nos expositions, groupes qui sont invités à revenir à chaque exposition sur une année, pour une visite guidée adaptée et des ateliers créatifs sur-mesure. Les ateliers Hay permettent aux enfants de se familiariser au domaine artistique, tout en permettant et développant un espace de liberté d’expression et de création autour de certains thèmes abordés par les artistes qui exposent en nos murs : émotions, traditions orales ou textiles, rapport à ses propres peurs, travail sur son expression corporelle, etc.

Cette année d’une incroyable richesse se clôture donc, et nous nous préparons à accueillir 2022 avec joie ! Les artistes Myriam Omar Awadi et Hyacinthe Ouattara s’installeront chacun en janvier en résidence dans nos espaces, avant l’ouverture de leurs expositions respectives à Antananarivo et à Paris en février 2022. 

Nous espérons vous (re)croiser sur la longue route que forment les projets, collaborations et dialogues mis en place par la Fondation H, et vous remercions très chaleureusement pour votre enthousiasme sans cesse renouvelé à l’égard des projets que nous portons.

Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année, à vous et à vos familles ; que 2022 soit créative, joyeuse et émouvante.

Hassanein Hiridjee,

Président de la Fondation H

Et avec lui toute l’équipe de la Fondation H : Margaux Huille, Hobisoa Raininoro, Marie Doumerc, Minoarisoa Ralantomanana, Meigane Chan Hong Men, Aurore Tamboite, Soanala Andrianarison, Fabio Thierry Andriamiarintsoa, Prisca Ralaitsirofo et Noah Raoelina.